Après la thèse

Après l'obtention du doctorat, différentes possibilités de carrière s'offrent au nouveaux docteurs.

Une grande majorité d’entre eux poursuivent une carrière d'enseignant-chercheur (en tant que Maître de Conférences dans une Université, Chargé de Recherche au CNRS ou bien PRAG).

D'autres débouchés sont également envisageables (enseignement secondaire, secteur privé ...)

Focus sur les métiers du docteur

Devenir Maître de conférences

Un Maître de Conférence est un enseignant-chercheur, fonctionnaire titulaire d'un poste dans l'enseignement supérieur.
Le service annuel d'enseignement correspond à un équivalent de 192 heures de TD, ou 128 heures de cours ou encore 288 heures de TP (ou toute combinaison équivalente).

Le travail de Maître de conférences ne se limite pas à l'enseignement et englobe le plus souvent des tâches d'encadrement d'étudiants (en stage ou en thèse), des travaux de recherche (ceux-ci sont essentiels pour l'évolution de carrière), d'organisation du travail d'une unité de formation et de recherche (UFR)...

Les modalités  permettant de postuler à un poste de Maître de Conférences font l'objet d'un texte, publié chaque année, fixant le calendrier pour l'année en cours. Quelques règles restent toutefois invariables : toute personne titulaire d'un doctorat peut devenir Maître de Conférences.

La procédure se décompose en deux étapes successives:

  • une inscription sur la liste de qualification réalisée au niveau national est indispensable dans un premier temps ; La qualification est valable 4 ans (cf. Arrêté du 8/12/97).
  • en fonction des postes à pourvoir les candidatures se font ensuite localement, une fois la qualification obtenue, Université par Université.

Les concours sont ouverts par arrêté du ministère de l’EN. Cet arrêté précise la liste des postes à pourvoir, les démarches à effectuer, les dossiers à constituer ainsi que leurs destinataires. Il rappelle la procédure du concours. Ensuite vous êtes stagiaire pendant 1 an avant d’être titularisé.

 

Devenir Chargé de recherche au CNRS

Les postes CNRS accessibles en fin de monitorat sont des postes de Chargé de Recherche de seconde classe. Ce poste correspond de très près à celui de Maître de Conférences de seconde classe à l'Université, mais le Chargé de Recherche n'a a priori aucune charge d'enseignement à assurer. Les postes à pourvoir sont répartis par thèmes, disciplines ou groupe de disciplines.
 

Devenir A.T.E.R.

Les A.T.E.R. (Attachés Temporaires d'Enseignement et de Recherche) ont un statut d'enseignants-chercheurs contractuels, intermédiaire entre le monitorat (ou la fonction de doctorant) et la maîtrise de conférences.

Ce contrat constitue souvent une possibilité de financement en cas de prolongement de la thèse au-delà de 3 ans. Il peut également représenter une alternative temporaire dans l'attente d'une nomination sur un poste de Maître de Conférences (et constitue même souvent un atout supplémentaire lors de la candidature sur ces postes).

L'A.T.E.R. doit assurer soit un service complet d'enseignement (192 heures équivalent TD par an) soit un demi-service (96 heures équivalent TD par an) et participer aux contrôles des connaissances et aux examens.

 

Les formations post-doctorales

Le Post-Doc constitue un travail de recherche post-doctoral, d'une durée d'un an en général, dans un laboratoire d'accueil français ou étranger. Il représente un atout considérable en vue d'obtenir un poste de Maître de Conférences ou de Chargé de Recherche CNRS.    

Les débouchés dans l’enseignement supérieur et la recherche publics ne se limitent pas aux emplois de maître conférences ou de chargé de recherche : de plus en plus, les universités et les établissements de recherche recrutent des cadres de haut niveau sur des postes d’ingénieurs de recherche, y compris contractuels, pour lesquels le niveau doctorat est requis.